Les insectes volants

La guêpe

Aie la guêpe ! Sa piqûre, toujours très douloureuse, peut s’avérer très dangereuse (voire mortelle) dans le cas d’allergie.

  • En présence de guêpes, un seul comportement s’impose : ne plus bouger et attendre qu’elle s’en aille d’elle même. Il convient aussi d’éloigner tout ce qui pourrait l’attirer : fruits, confitures, boissons sucrées, etc.
  • Les pièges à guêpes artisanaux, construits à partir d’une bouteille en plastique coupée en deux et remplie de bière ou de sirop ne servent parfois qu’à les attirer encore plus.
  • S’attaquer soi-même à un guêpier (ou nid de guêpe) est absolument déconseillé. Menacés, ces insectes peuvent se montrer très agressifs et infliger à leur assaillant de très nombreuses piqûres.
  • En présence d’un nid, il est conseillé de s’éloigner et d’appeler un spécialiste. Seul celui-ci saura extraire le nid de sa cachette (sous les ardoises d’un toit, dans la terre, dans l’infractuosité d’un mur, dans un volet roulant, etc) et le détruire. Les colonies de guêpes regroupent le plus souvent des centaines d’individus.

 

Le Frelon

Beaucoup plus gros que la guêpe, à laquelle il ressemble pourtant, le frelon est un insecte qui ne laisse personne indifférent. Après avoir été piqué par un frelon, on s’en souvient toute sa vie !

Organisée autour d’une reine, comme les guêpes, les abeilles ou les fourmis, la colonie de frelons peut compter plusieurs centaines d’individus dont les premiers visibles, les sentinelles, se tiennent à l’entrée du nid pour donner l’alerte en cas d’attaque.

Un simple choc dans le nid et ce sont des dizaines d’individus qui se laissent tomber sur le sol pour ensuite s’envoler et attaquer leur agresseur.

  • Prudence. En cas de présence de frelons, éloignez-vous du nid. N’en approchez plus et faites appel à nos services. Seul un technicien saura en venir à bout.

Le Frelon asiatique

Introduit, dit-on, accidentellement en France, le frelon asiatique est en train de coloniser tout le territoire métropolitain. Plus petit que son cousin européen, il est aussi réputé plus agressif. Et ses colonies contiennent également plus d’individus. Son dard est plus long et, partant, sa piqûre plus douloureuse encore.

Honni par les apiculteurs, car il s’attaque aux ruches pour en dévorer les abeilles, le frelon asiatique est une espèce tout à fait indésirable.

  • Plusieurs régions françaises mettent actuellement en place des plans de lutte pour en limiter la propagation.

L'Abeille

Même si la plupart des 1 000 espèces d’abeilles qui vivent sur le sol français ne produisent pas de miel, l’espèce la plus connue est sans conteste l’apis mellifera, que l’on trouve dans les ruches de nos apiculteurs.
Insecte très utile, l’abeille vit généralement en parfaite harmonie avec l’homme si celui-ci prend bien soin de ne pas l’approcher de trop près.

     

    • Mais il leur arrive aussi parfois de venir, par essaim entier, coloniser une cheminée, un trou dans un mur ou une branche d’arbre, voire même, et nous l’avons vécu, le coin d’un canapé dans un salon dont la fenêtre était restée ouverte. C’est là que nous intervenons pour chasser les indésirables.

     

      Le Bourdon

      Totalement inoffensif lorsqu’il butine les fleurs de nos jardins, le bourdon est en revanche très agressif lorsqu’on s’attaque à son nid.

      A l’aide de ses pattes crochues, il s’agrippe à l’agresseur et le pique alors tant qu’il peut.

      • Le nid du bourdon contient généralement quelques dizaines d’individus, rarement plus. Il s’installe dans un trou dans la terre ou dans un mur, voire à même le sol sous un tas de mousse et de feuillage, si bien qu’on peut marcher dessus par accident.Gare à la réaction des insectes piqués au vif !